Historique du cinéma

Un peu d'histoire locale pour tout connaître de l'origine du cinéma municipal de Gorron :

 

En 1908, une salle paroissiale baptisée Salle Jeanne d'Arc fut construite à Gorron.

Elle accueillit les premiers pas des Gorronnais en matière de culture et de loisirs en servant de lieu de rencontre pour le théâtre, les concerts de fanfares et de chorales. Les premiers cours de gymnastiques et de foot y étaient dispensés.

Dès 1911, des séances de cinématographe eurent lieux. Le 15 octobre 1922, le première séance de cinéma se déroule à Gorron grâce à l'achat d'un appareil de projection. C'est en 1945 qu'un appareil standard de 35 mm remplace l'ancien de 16 mm.

Le 25 février 1956, lors d'une projection, une incendie se déclare suite à l'installation du chauffage. Heureusement, aucun blessé n'est à déplorer et les appareils seront sauvés grâce aux opérateurs présents lors des faits. Le comité directeur de l'association "Jeanne d'Arc", dont le cinéma dépendait, prend en charge les mesures nécessaires pour la reconstruction des lieux : il rachètera le terrain de 5 130 m², ancienne propriété des écoles libres de la Mayenne. Pendant ce temps, les séances de projection sont assurées à la salle des fêtes de la mairie de Gorron. Le 23 février 1957, presque un an jour pour jour après le sinistre, la salle Jeanne d'Arc est réouverte.

Dans les années 1970, le cinéma perd de son affluence. La société qui le dirige ne peut plus assurer les frais de mise en service et de sécurité. La dernière séance privée aura lieu le 7 août 1978, puisque l'association "Jeanne d'Arc" a décidé de cesser le fonctionnement du cinéma.

En 1984, la municipalité de Gorron reprend l'exploitation en régie municipale. L'acte de vente de la salle n'interviendra que le 10 juin 1992. Durant toutes ces années d'exploitations, de nombreuses personnes ont contribué à faire vivre le cinéma et à le sauver parfois. Différents travaux de rénovations eurent lieux notamment dans le hall d'entrée.

En 2010, de gros travaux ont eu lieu au niveau de la scène. Les peintures sur les murs ont été rafraichies et la couleur grise a été remplacée par un bleu plus sombre, permettant ainsi un contraste avec le nouvel écran bien blanc. Une régulation a été apportée au chauffage, permettant ainsi de le mettre en service uniquement lorsque de séances ont lieu. La toiture s'est vue équiper de panneaux solaires sur son côté le plus exposé à cette énergie non polluante.

 

 

 

Depuis 2011, une nouvelle révolution cinématographique a lieu à l'échelle mondiale. Il y eu d'abord le cinéma parlant, puis la couleur, mais aujourd'hui le cinéma connait la révolution numérique. Pour continuer à exister, le cinéma de Gorron va devoir à son tour s'équiper de la technologie numérique. Cette amélioration pour le cinéma est comparable à celle qu'a pu connaitre la photographie lorsque les nouveaux appareils photos numériques ont remplacé les appareils photo argentiques. Les démarches sont actuellement en cours afin d'obtenir un projecteur numérique capable de diffuser des films dans une qualité d'images et de son ultra performant. De plus, le numérique permet de diffuser des films en 3 dimensions lorsqu'il y a besoin.  Ce sera alors un nouveau changement dans la vie du cinéma de Gorron.