"Pour l'école élémentaire publique, tout le monde est en forme et  tous les maîtres proposent du travail à distance. Nous sommes en relation par mail avec les familles et les élèves et nous nous évertuons de les appeler au moins une fois par semaine, voire plus pour les élèves un peu plus en difficulté.

Certains enseignants travaillent avec une plateforme numérique où des exercices en ligne sont à effectuer. D'autres proposent un plan de travail quotidien (sous forme de pdf) incluant les matières correspondant à la journée en classe.

Pour les familles sans matériel informatique ou à cours d'encre, nous imprimons le travail et le mettons à disposition dans des boites en carton dans le hall des logements communaux de la rue de Normandie (bâtiment entre les deux ailes de l'école).

De plus, pour égayer un peu la situation, des défis sports (défithlon, défi corde à sauter etc.) et artistiques (défi land-art, etc.) sont lancés chaque semaine.

"Nous ressentons un peu d'essoufflement chez certaines familles" 

Cette situation est particulière. Nous ressentons un peu d’essoufflement chez certains enfants et familles au bout de 3 semaines déjà...

Pour les enseignant,s chaque semaine nous nous réunissons tous ensemble via une plateforme numérique en visioconférence (cf photo), mais les échanges téléphoniques fusent toute la semaine, voire même le week-end.

L'accueil des enfants des ayants-droits a lieu pour le moment à l'école maternelle et est pris en charge par les agents communaux. Pour le moment il y a une faible fréquentation public/ privé confondu cela correspond à une petit dizaine d'enfants. Ils ne sont pas là tous les jours et pas en même en temps. 

Quasiment tous les enfants sont au travail mais ce n'est pas comme en classe où nous pouvons reformuler, recadrer, ... faire notre vrai métier. Ce système d'éducation scolaire par délégation ne peut remplacer l'Ecole !"

Philippe Roullier, directeur de l'école élémentaire publique,
03/04/2020