Des chèvres et moutons ont été introduits, début mai, promenade Saint-Laurent, sur le site de l’ancien plan d’eau. 

 

L’éco-pâturage, qu’est-ce que c’est ?

C’est une solution alternative de gestion des espaces verts par des animaux. Cette méthode présente des atouts économiques, écologiques et sociaux. Elle réduit les déchets verts et lutte contre les plantes invasives sans émettre de gaz à effet de serre ni de bruit.

Où est mis en place l’éco-pâturage ?

Sur le site de l’ancien plan d’eau. Aujourd'hui broyé une à deux fois par an, le site, très humide, est difficile d’entretien. La seconde parcelle, qui longe la route du plan d'eau, est entretenue mécaniquement plusieurs fois par an. Pentue, elle est adaptée à l’éco-pâturage qui va permettre le retour d’espèces fauniques et le développement d’une nouvelle flore. L’ensemble représente une surface d’environ 10 000 m². L’introduction d’animaux permet de donner une attractivité supplémentaire à cet espace de rencontre intergénérationnelle.

A Gorron, il existe déjà un site d’éco-pâturage de 9 000 m², entretenu par des moutons suffolk, près de l’Espace Culturel Colmont.

Quels animaux sont introduits ?

L’éco-pâturage s’appuie essentiellement sur des races dites rustiques et contribue ainsi à la sauvegarde de la biodiversité de races locales parfois en voie de disparition. Il y a donc des chèvres des fossés. Cet animal docile et familier est originaire des provinces normandes et bretonnes. Un programme de relance dynamique a évité sa disparition. Il y a également des moutons jacob, au pelage tacheté et à la particularité d’avoir deux à six cornes.  

Pour le bien être, la sécurité des animaux et celle des passants, des clôtures en grillage sont installées. Il est interdit de les franchir, de toucher les animaux et de leur donner de la nourriture.